Comme

(pour Marie)

Comme les oiseaux, ici,
à mes pieds,
Comme la pluie qui tombe
et cherche mes larmes,
Comme la nuit profonde
… où se cachent mes peurs
et mes angoisses,
Comme si tout, si tous
ne me voient pas,
Ô,
Comme tes yeux qui eux me voient,
Comme tes mots qui me rassurent
que tout, que tous,
comme les oiseaux, ici,
à mes pieds,
seront les bienvenus au Paradis,
là où tout devient,
où tous deviennent
Lumière.

Benasque, Espagne, le 17 Juillet 2013

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit / Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit / Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit / Bijwerken )

Google+ photo

Je reageert onder je Google+ account. Log uit / Bijwerken )

Verbinden met %s