Poésie

LA JEUNESSE PERDUE

Ah oui, la jeunesse perdue…
mais est-ce que l’on a vraiment eue,
ou suis-je né perdant ainsi
le paradis où tout était gratuit?

LES ENFANTS LUMIÈRE

Voici la lumière,
elle brille
en haut
de la montagne
et les enfants
se réveillent
Le vent
emportant
leur veux
retourne
et
nous embrasse,
c’est l’amour,
souvent
se cachant
derrière
un arbre,
dans le chant
d’un oiseau,
dans les cheveux
d’une fille,
dans les yeux
d’un garçon,
montant,
descendant,
prudemment,
montrant
là où le soleil
dépose son ombre
dans l’herbe
réchauffe
les cailloux,
c’est l’amour
touchant nos joues
Voici la lumière
Voici les enfants,
étincelés, portés,
nés, clefs
de nos désirs ardents
Voici la lumière

en haut
de la montagne
brillant
parmi les nuages
infinie
elle nous montre
un chemin
comme
une rivière

(Medjugorje, Camping Zemo, 22/07/2002)

Vue sur L’Église Saint-Jacques de Međugorje depuis le camping Zemo, juillet 22, 2002

LA FERME TOULOUSAINE

C’est-ce qu’il a de mieux :
s’en aller, s’évader
quelque chose ,
quelqu’un qui dit :
vient,
venir c’est le plus beau :
avant d’arriver
on est toujours là,
pourquoi
pour qui
je me demande
s’en aller
tout doucement
et arriver
venir, cueillir
et, enfin,
être là,
là où tout devient
Lumiére

(Pizzeria Da Valentina / L’étoile de Basilique, Koekelberg, Belgique, 6/10/2016)

COMME

pour Marie

Comme les oiseaux, ici,
à mes pieds,
Comme la pluie qui tombe
et cherche mes larmes,
Comme la nuit profonde
où se cachent mes peurs
et mes angoisses,
Comme si tout, si tous
ne me voient pas,
Ô,
Comme tes yeux qui eux me voient,
Comme tes mots qui me rassurent
que tout, que tous,
comme les oiseaux, ici,
à mes pieds,
seront les bienvenus au Paradis,
là où tout devient,
où tous deviennent
Lumière.

Benasque, Espagne, le 17 Juillet 2013

Rencontre avec mon fils à Benasque (Espagne) 15 juillet 2013

EMBRASSER

En embrassant tes Rêves
c’est l’Amour qui nous appelle
En embrassent tes Larmes
c’est l’Amour qui nous appelle
En embrassant la Mer
c’est l’Amour qui nous appelle
En embrassant la Vie
c’est l’Amour qui nous appelle
En embrassant la Terre
c’est l’Amour qui nous appelle
En embrassant la Lune,
c’est l’Amour qui nous appelle
En embrassant Soleil
c’est l’Amour qui nous appelle
En embrassant
cet Amour qui nous appelle
En embrassant
c’est l’Amour qui nous rappelle

Cette icône (Notre-Dame du Perpétuel Secours) a été faite pour moi par Dora, une ancienne collègue. Elle l’a fait d’une pièce de bois, échouée de la mer

MA VILLE MINUIT

Cette ville m’est inconnue
personne me parle
et quand je me retourne là
je vois les chambres
mes demeures, mes amours
ils sont tous là
muets
leurs mains me semblent étranges

Cette ville m’est inconnu
personne me parle
et quand je me retourne là
il y a toi, ma vie
ma jeunesse perdue
je vois le lit
qui m’a jeteé dans cette ville

Cette ville m’est inconnue
personne me parle
et quand je me retourne là
il y a moi
O quelle langueur
quelle passion
se cache dans ses ténèbres
je m’en doute

Cette ville m’est inconnue
personne me parle
et quand je me retourne
je me retourne et là
il y a un ciel bleu
personne
que des nuages
quelle amour qui m’appelle
viens
viens
c’est moi

O cette ville m’est trés connue
C’est elle
C’est ce qui me fait parler



Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s